Jérôme

Lundi 8 juin 2009 — Dernier ajout jeudi 11 juin 2009Jérôme : lettre XXII, à Eustochium

Jérôme pénitent Julia Eustochium, fille cadette de Paul, menait la vie religieuse dans un appartement retiré du palais de sa mère. Jérôme l’exhorte à garder la virginité, lui en indique les moyens et réfute avec véhémence les objections qu’opposent à cette méthode de vie les païens et les chrétiens tièdes.
Cette lettre que Jérôme qualifie lui-même de libellus, avait-elle un sous-titre original ? De nombreux manuscrits anciens lui attribuent un : de virginitate, de virginibus, de virginitate servanda ; ce dernier titre fait penser au texte de Rufin (Apol. II, 5 ; PL XXI, 587) : libellum quemdam de conservanda virginitate.
En dehors de l’exorde (1-2) et de l’épilogue (41), il serait vain de chercher à discerner un plan rigoureux ; l’auteur lui-même s’excuse de digressions étendues. En réalité, les thèmes traités se succèdent sans lien bien logique, souvent en vertu d’une simple imbrication verbale. Voici les principaux : vigilance (3-5) ; garde des sens (6-8) ; sobriété et mortification (8-12) ; les Vierges légères ou coupable (13-15) ; critique des mondaines (16) ; le recueillement de la cellule (17-18) ; mariage et virginité (19-24) ; contemplation dans la cellule (25-26) ; fuir l’orgueil et la singularité (27) ; critique des moines et clercs mondains (28) ; comment traiter les autres religieuses (29) ; le Songe de saint Jérôme (30) ; guerre à la cupidité (31-33) ; description du monachisme égyptien (34-36) ; la prière (37) ; la vie mortifiée des moines et des vierges (38-40) recevra sa récompense (41).
La lettre à Eustochium date probablement du printemps 384.

Vous trouverez ci-dessous la traduction de la lettre donnée par la collection des Belles Lettres. Vous pouvez également télécharger l’édition bilingue de la lettre à Eustochium.

Samedi 27 décembre 2003 — Dernier ajout jeudi 8 avril 2010Jérôme : Des hommes illustres

Les hommes illustres est composé de 135 notices présentant les auteurs des autres premiers siècles (avant 393) les plus importants pour le christianisme. Simon Pierre ouvre la liste, Jérôme la clôt, entre ces deux noms se trouvent non seulement les noms des Pères de l’Église mais encore ceux de Philon d’Alexandrie ou de Flavius Josèphe.

Participez à la vie du site !