Office des lectures
Dimanche 13 avril 2008 — Dernier ajout lundi 3 mai 2010

Martin 1er : Lettre d’exil

13 avril : Saint Martin 1er, pape et martyr

Le pape Martin († 16 sept 655), que nous fêtons ce jour, a été destitué et envoyé en exil en Crimée pour avoir défendu la présence de deux volontés, divine et humaine, dans le Christ.

ous avons toujours un grand désir de vous écrire pour réconforter votre charité et pour alléger le souci que nous vous donnons, à vous et aussi à tous les saints nos frères qui se préoccupent de nous au nom du Seigneur. Je vous écris donc maintenant ce qui fait notre tourment. Je dis la vérité, au nom du Christ notre Dieu.

En effet, nous avons beau être éloignés de toute agitation mondaine et dépouillés de nos péchés, nous manquons de ce qui est essentiel à la vie. Les habitants de cette région sont tous païens, et tous ceux qu’on y rencontre ont adopté les moeurs païennes ; ils n’ont absolument aucune charité, même pas celle que la nature humaine fait voir habituellement chez les barbares eux-mêmes, qui montrent souvent de la compassion.

J’ai été étonné, et je le suis encore, de l’indifférence et de l’insensibilité de tous ceux qui jadis étaient en relation avec moi, de mes amis et de mes proches : ils ont complètement oublié mon malheur et ne veulent même pas savoir où je me trouve, si je suis encore sur terre ou si je n’y suis plus.

Avec quelle conscience, à votre avis, pourrons-nous nous présenter au tribunal du Christ, alors que tous les hommes seront accusateurs et devront rendre des comptes, car ils sont tous tirés du même limon et de la même masse ? Quelle est cette terreur qui est tombée sur les hommes, pour les empêcher d’accomplir les commandements de Dieu ? Quelle est cette crainte, là où il n’y a rien à craindre ? Sommes-nous abandonnés au point que les esprits mauvais nous dominent ? Suis-je donc apparu comme nuisant à l’Église entière, et comme un adversaire pour eux ?

Puisse Dieu, qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité, puisse-t-il, par l’intercession de saint Pierre, établir leurs cœurs dans la foi orthodoxe, les fortifier contre tout hérétique et tout personnage qui s’oppose à notre Église ; qu’il les garde inébranlables, surtout le pasteur qui maintenant se montre leur chef ; qu’ils ne se permettent aucune déchéance, aucune déviation, aucun abandon, même pas sur le plus petit point, à l’égard de ce qu’ils ont professé par écrit en présence du Seigneur et des saints anges. Avec le pauvre homme que je suis, qu’ils reçoivent de la main de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ la couronne de justice qui récompensera la foi orthodoxe.

De ce pauvre corps qui est le mien, le Seigneur lui-même prendra soin, comme il lui plaira d’en disposer, soit que mes épreuves ne cessent pas, soit qu’il m’accorde un peu de soulagement. Le Seigneur est proche : de quoi puis-je me tourmenter ? J’espère en ses miséricordes, et qu’il ne tardera pas à ordonner la fin de ma course.

Saluez les vôtres, au nom du Seigneur, et tous ceux qui pour l’amour de Dieu ont pitié de ma captivité. Que Dieu vous protège de sa main puissante contre toute tentation, et vous sauve en vous prenant dans son royaume.

Source :

Martin 1er, Lettre à un correspondant de Constantinople, L. 17, PL 87, col. 203-204, office des lectures, trad. AELF.

Vous trouverez ici une notice biographique détaillée en langue allemande.