Articles

Nous reproduisons ici l’instruction de la Congrégation pour l’Éducation catholique à propos de L’étude des Pères de l’Église dans la formation sacerdotale parue le 10 novembre 1989.

Cet article du Fr. Jimmy-Yannick Buzaré de Kergonan présente une introduction à la doctrine de l’épectase chez Grégoire de Nysse.

Depuis la résurrection du Seigneur, les chrétiens se transmettent la joie pascale, de génération en génération. Ils connaissent cette joie et pourtant peinent parfois à la qualifier et à exprimer leur sentiment. Face à cette difficulté, ils peuvent s’appuyer sur certaines homélies de Grégoire de Nysse pour traduire ce qui les habite.

Vous trouverez ci-dessous une introduction générale aux Commentaires des Psaumes de saint Hilaire de Poitiers. Celle-ci est prolongée par une explicitation plus approfondie à l’occasion de l’analyse détaillée de chacun des commentaires traduits et édités sur Patristique.org.

On entend souvent, aujourd’hui, l’expression Pères de l’Eglise, mais il est parfois difficile de savoir exactement de quoi et de qui l’on parle. Quelques mots d’explication peuvent être bienvenus.

Grégoire de Nysse († 395), le frère de Basile de Césarée († fin 378), a été très impliqué dans les luttes théologiques qui ont abouti à l’expression de la foi trinitaire telle que nous la confessons aujourd’hui. Vous trouverez ici un commentaire du traité qu’il a adressé à Simplicius, l’un de ses correspondants.

Grégoire de Nysse († 395), le frère de Basile de Césarée († fin 378), a été très impliqué dans les luttes théologiques qui ont abouti à l’expression de la foi trinitaire telle que nous la confessons aujourd’hui. Vous trouverez ici un commentaire du traité qu’il a adressé à Ablabius, son correspondant plus jeune, De ce qu’il ne faut pas dire trois dieux.

Le commandement de l’amour des ennemis invite le chrétien à imiter le Christ jusqu’à devenir Dieu en lui. Ce n’est pas là une obligation qui serait imposée de l’extérieur à l’homme, mais une exigence de l’amour qui suscite la liberté. Tel est l’enseignement que Véronique Dupont nous invite à découvrir dans sa lecture du « Liber asceticus » de Maxime le Confesseur.

Les Mémoires pour servir à l’histoire ecclésiastique des six premiers siècles de M. Sébastien Lenain de Tillemont reste une référence pour qui étudie l’histoire de l’Antiquité et l’âge patristique. Nous présentons ici les pages numérisées de l’article que l’auteur consacre à Grégoire de Nysse.

Pour les Pères de l’Église, la prière est moins le fait de dire ou de faire quelque chose que de conformer sa vie à celle du Christ. La prière est avant tout une manière de vivre en communion avec Dieu et avec ses frères.

Les Dialogues de Grégoire le Grand décrivent la rencontre de Scholastique et de son frère Benoît. Ils rappellent une autre rencontre entre un frère et une soeur, celle de Grégoire de Nysse et de Macrine, que rapporte la Vie de sainte Macrine. Véronique Dupont montre que ces deux récits relèvent d’une même « histoire » qui raconte la communion d’un frère et d’une soeur en quête de Dieu.

La dernière Journée d’amitiée augustinienne a eu pour thème « Prier les Psaumes avec saint Augustin ». À cette occasion, Marcel Neusch a prononcé une conférence sur « La lecture augustinnienne des Psaumes ». Nous en publions ici le texte avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Sainte Macrine est née au début du quatrième siècle. Certains de ses frères sont réputés : Basile († 379) fut évêque de Césarée en Cappadoce, Grégoire († 395) fut évêque de Nysse. Macrine s’orienta très tôt vers la vie contemplative. Elle exerça une influence spirituelle décisive sur les membres de sa famille. Sa vie se déploie comme une liturgie qui la conduit au partage de la vie divine.

L’article suivant : « Introduction ou liminaire ? Pour une nouvelle lecture de Grégoire de Nysse, "Réfutation de la profession de foi d’Eunome", § 1-19 » a fait l’objet d’une communication lors du IXe Congrès international sur saint Grégoire de Nysse. Cette assemblée s’est déroulée à Athènes les 7-12 septembre 2000. Les actes sont parus sous le titre : Jesus-Christ in St. Gregory of Nyssa’s Theology, Athènes 2005.

Articles : 0 | 10 | Tout afficher