Jeudi 25 mai 2006 — Dernier ajout dimanche 15 juillet 2007

Colloque international Ephrem le Syrien

XVIIe Centenaire de la naissance d’Éphrem (306-2006)

Contemporain d’Hilaire de Poitiers, d’Athanase d’Alexandrie, de Basile de Césarée, de Grégoire de Nazianze et de bien d’autres encore, Éphrem le Syrien (306-373) est l’une des figures les plus prestigieuses de la grande époque patristique, alliant à l’étonnante fraîcheur de son génie poétique cet attrait particulier qui lui vient d’une culture où les modes de conception et d’expression éprouvés de l’hellénisme, alors universel-lement infus, n’ont pas oblitéré le fonds proprement araméen, si naturellement proche de la Bible et traversé d’influences rabbiniques. Substantiellement nourrie des Écritures et mobilisant un arsenal particulièrement riche de symboles, l’hymnographie d’Éphrem a exercé une influence certaine sur son homologue byzantine et, peut-être, servi de détonateur à celle d’Occident.

Solidaire de tout un renouveau des études patristiques qui marque simultanément le monde universitaire et le monde ecclésial depuis plus d’un demi-siècle, l’intérêt pour cette figure fascinante des marges orientales de l’Empire n’a cessé de croître, donnant lieu à un effort considérable, quoique dispersé, de traduction d’abord, mais aussi d’approfondissement historique, littéraire et théologique. Le dix-septième centenaire de la naissance d’Éphrem suggère la nécessité d’une rencontre qui permette à la génération actuelle des chercheurs de prendre conscience d’elle-même en partageant ses travaux et en envisageant des problématiques nouvelles. Les études éphrémiennes bénéficient en effet de tous les acquis d’une connaissance toujours plus affinée du monde tardo-antique, si largement communicant et si subtilement pluriel.

La tenue de ce colloque en l’Abbaye martinienne de Ligugé, tout près de Poitiers, honorera discrètement le fait qu’Éphrem et Hilaire furent engagés sur le même front des grandes controverses trinitaires qui agitèrent le IVe siècle. Mais l’enracinement moyen-oriental du poète, homme meurtri - et effectivement déplacé - par les bouleversements géopolitiques dont il fut le témoin, ne manque pas de faire signe aussi pour le nôtre : faire mémoire de lui, c’est toucher, avant même d’en avoir pris conscience, au point le plus névralgique de notre présent.

Au programme

Pour télécharger le programme et le bulletin d’inscription cliquez ici.

Mercredi 7 juin
Le clair ruisseau des Écritures
(Hymne XXXV sur la Foi, 10)

9h00-18h00

B. OUTTIER (C.N.R.S., Genève, ICP Paris) : La découverte de nouveaux manuscrits de la biographie d’Éphrem invite à reposer la question : est-il possible de connaître l’auteur ?

A. DESREUMAUX (I.E.S., Paris) : Éphrem chez les Arabes chalcédoniens : les traductions d’Éphrem en araméen christo-palestinien.

M.J. PIERRE (C.N.R.S., E.P.H.E.) : Autour du Commentaire sur le Diatessaron.

C. MORRISON (Rome, Institut Biblique Pontifical) : En lisant la Bible avec Éphrem : l’usage éphrémien de l’Ancien Testament dans le Commentaire sur le Diatessaron.

E. VERGANI (Rome, Institut Pontifical Oriental) : L’exégèse de Daniel 3 à travers le corpus éphrémien, hymnes et commentaires.

J. THEKEPARAMPIL (SEERI, Kottayam, Inde) : La figure de Simon Pierre chez Éphrem et Jacques de Saroug : étude comparative.

Mosaïque-débat : le motif de l’arbre.

Jeudi 8 juin
Les couleurs de la foi
(Hymne XVI sur la Nativité, 7)

9h00-18h00

T. KOONAMMAKKAL (SEERI, Kottayam, Inde) : Éphrem philosophe et penseur religieux : analyse de quelques textes.

D. CERBELAUD (Bari) : Contre qui ? Avec quoi ? - Les « ennemis » d’Éphrem et les sources de son inspiration.

S. GRIFFITH (Washington) : Les adversaires de saint Éphrem : lecture des Hymnes XXII-XXIV Contre les Hérésies.

F. CASSINGENA-TREVEDY (I.C.P., Paris) : La pneumatologie des “Hymnes sur la foi”.

D. TAYLOR (Oriental Institute, Oxford) : Le sacerdoce chez Éphrem.

G. ROUWHORST (Utrecht) : La théologie baptismale d’Éphrem à travers les « Hymnes Sur l’Épiphanie » ; pour une révision du problème de leur authenticité.

D. GONNET et R. LAVENANT (Lyon, Sources Chrétiennes) : Les cinq sens chez Éphrem.

A. SALVESEN (Oriental Institute, Oxford) : Anges et Innocents chez Éphrem.

Mosaïque-débat : le motif de l’oiseau.

Vendredi 9 juin
Les noces des hymnes
(Hymne XIV sur la Foi, 1)

9h00-18h00

B. VARGHESE (SEERI, Kottayam, Inde) : Saint Éphrem et les traditions liturgiques du IVe siècle.

P. BOTHA (Department of Ancient Languages, Pretoria) : Étude théologique et littéraire de l’Hymne XXXI Sur la Virginité.

I. CAUUET (Louvain) : « Océan d’homélies où voguent les prédicateurs… » Jacques de Saroug disciple et héritier d’Éphrem dans ses « Homélies sur la fin du monde ».

K. DEN BIESEN (Nimègue) : Éphrem : un art de la pensée symbolique. Présentation d’un nouveau livre.

S. CHIALA (Bose, Italie) : Isaac de Ninive lecteur d’Éphrem.

A. DESREUMAUX (I.E.S., Paris) : Éphrem chez les Arabes chalcédoniens : les traductions d’Éphrem en araméen.

C. HANNICK (Lehrstuhl für Slavische Philologie, Würzburg) : La filiation d’Éphrem dans l’hymnographie byzantine : rhétorique et exégèse.

S.P. BROCK (Oriental Institute, Oxford) : La « chambre nuptiale ».

J.L. CHRETIEN (Paris IV Sorbonne) : L’hymne : un statut de la parole en christianisme.

Mosaïque-débat : le motif de la cithare.


Partenariat

Colloque placé sous l’égide du Conseil Pontifical pour la Culture

avec la collaboration de :

Département Patristique de l’Institut Catholique de Paris
Association des Sources Chrétiennes (Lyon)
UMR 8584 (CNRS Villejuif)
Société d’Études Syriaques (Paris)
Institut Supérieur de Liturgie (Paris)

Renseignements et inscription :

Pour toute prise de contact vous pouvez me joindre à l’adresse suivante :

Frère François Cassingena-Trévedy
Abbaye Saint-Martin
F.86240 LIGUGÉ