Soeur Benedicta Ward
Jeudi 8 juillet 2004

La vie au désert de prostituées converties

Étude du repentir dans les sources du premier monachisme

L’auteur présente les récits de conversion de cinq prostituées dont les vies ont édifié des générations de moines ou de pèlerins, depuis la haute antiquité de l’Église jusqu’au Moyen Âge.

La vie au désert de prostituées converties est la traduction du livre de soeur Benedicta Ward, Harlots of the Desert (Cistercian Publications, Kalamazoo, Michigan) paru en 1987. La traductrice (anonyme) y a ajouté un article du même auteur, La Sagesse des Pères du désert , et les préfaces de Mgr Bloom à deux autres livres de B. Ward, Les Paroles des Pères du désert et La Sagesse des Pères du désert. Cette option peut être contestée.

B. Ward aborde le thème du repentir à partir de la manière dont les vies de Marie-Madeleine, Marie l’Égyptienne, Pélagie, Thaïs, et Maria, nièce de l’ermite Abraham, ont été reçues dans les milieux monastiques. Le récit de la conversion de ces prostituées notoires devait soutenir le moine dans son combat spirituel et le garder dans l’humilité, car seule la miséricorde de Dieu peut lui obtenir le salut.

L’auteur a eu la bonne idée de traduire et d’insérer dans son livre les récits qui rapportent les vies de ses héroïnes. Le lecteur dispose ainsi d’un accès facile à La vie de Sainte Marie l’Égyptienne par Sophrone, évêque de Jérusalem ; à la Vie de saint Pélagie la prostituée écrite par le diacre Jacques et traduite en latin par Eustochius ; à La vie de Thaïs, la prostituée, et à la Vie de Maria la prostituée, nièce d’Abraham l’ermite, écrite par l’archidiacre Éphraïm.

Benedicta Ward, La vie au désert de prostituées converties, Éditions des Béatitudes, Burtin 2004, 214 pages, 14 euros.